Jardin à la française VS jardin à l’anglaise

Français et Anglais partagent de nombreux pratiques historiques qui se sont établis au cours des siècles, mais en ayant souvent développé de chaque coté de la Manche leurs propres spécificités. Il est notamment un sujet d’importance sur lequel les cultures britanniques et françaises diffèrent : celui des jardins !

Il existe en effet deux façons d’organiser le paysage le jardin à la française et le jardin à l’anglaise. Voici ce qui les différencie toutes les deux.

 

Le jardin à la française : the « French formal garden »

S’il est un art du jardin bien connu et apprécié, non seulement en France mais aussi à travers le monde, c’est bien celui du jardin à la française ! On l’appelle le « French formal garden » en anglais, terme rappelant son caractère officiel car le jardin à la française trouve son origine dans la manière de présenter les jardins royaux. C’est en effet au Château de Versailles que le style a été défini, même s’il a été pensé et instauré dans ses éléments de base durant la Renaissance italienne sur le modèle de l’horticulture de la Rome Antique.

Ainsi, le jardin à la française se démarque de ses cousins en Italie du Nord par ses dimensions et sa perfection : il est remarquable pour ses aspects géométriques, ses grandes lignes séparant les espaces verts des allées où l’on peut se promener et surtout, sa capacité à créer tout un décor : un paysage complet au cœur d’un jardin, desservi par des jeux d’eau avec des bassins et leurs fontaines.

Il faut respecter une structure particulière pour réaliser le jardin à la française : il est important de tailler les végétaux de manière spécifique à leur espèce et uniformément, pour créer un effet d’unité. Les maîtres du style savent donner l’illusion d’un tapis de verdure créé à partir d’un seul arbuste ! Il faut également prévoir une terrasse surélevée qui permet de voir le jardin en perspective : la symétrie est fondamentale pour le jardin à la française. Il se veut aussi théâtral et animé : on peut généralement y voir de nombreuses statues, le plus souvent des références aux divinités mythologiques et à leur signification, ainsi que des fontaines aux mécanismes élaborés, permettant de créer des tournoiements aquatiques ou encore des effets de brume. Enfin, il est important de trouver des plantes résistantes, car le jardin doit conserver son apparence toute l’année pour représenter l’éternité de la perfection de la nature soignée par la main de l’homme.

C’est au Château de Versailles que l’art du jardin à la française fut sublimé. Aujourd’hui encore, les jardins de Versailles sont soigneusement entretenus sur les consignes rédigées par les jardiniers de Louis XIV. Ces jardins eurent tellement de succès que toutes les autres cours de l’Europe voulurent imiter le style français et le recréer devant leurs châteaux.

 

Le jardin à l’anglaise : the « English landscape garden »

Dans un style diamétralement opposé, le jardin à l’anglaise prend le contre-pied du jardin à la française : plus question de géométrie cette fois, car le jardin anglais laisse place à une nature libre. C’est au XVIIIème siècle que ce style voit le jour, en réaction au classicisme français vu comme traditionnel, ainsi qu’en précursion des idées de la Révolution proche.

Le jardin à l’anglaise mélange les végétaux et les eaux en y inscrivant le moins possible le travail du jardinier – c’est bien sûr une illusion, car le jardin nécessite des soins et de l’entretien, en particulier au niveau de la pelouse, tondue à ras pour mettre les arbres en valeur. On ajoute également volontiers des statues à des éléments déjà présents : des pierres et des grottes, ou encore des tanières d’animaux, sont très appréciées dans le décor.

Le jardin à l’anglaise est une image d’un paysage naturel idéalisé : un paysage pittoresque déployé sur une vaste étendue de terre, mêlant des chemins tortueux et irréguliers – non plus géométriques comme le jardin à la française – avec des arbres d’apparence naturelle, non travaillée par la main de l’homme. Le terrain n’est pas non plus régulier : on conserve dans le jardin à l’anglaise les vallons et les pentes inclinées.

On choisit également de préserver les différentes espèces végétales déjà présentes, comme les multiples conifères et les arbustes sur le même terrain, même si l’ensemble ne forme pas une unité parfaite : le jardin à l’anglaise invite en effet au rêve et à la flânerie. Ce jardin ne vise pas la célébration de la perfection des arts du jardin, mais une illustration artistique : le jardin à l’anglaise est une œuvre d’art implantée dans le monde humain.

Le jardin à l’anglaise est traditionnellement un lieu privilégié par les poètes de l’ère romantique, qui aimaient y déambuler en quête d’inspiration. C’est un jardin à l’esthétique riche : il s’agit de mélanger la beauté de la nature avec son côté sauvage et indompté, variant au cours des saisons. Cela permettrait la contemplation et l’exaltation de l’âme sensible, sujet favori des auteurs du XIXème siècle anglais.

 

Vous trouverez de nombreux exemples de ces jardins à la française et à l’anglaise en voyageant en Europe. À la prochaine occasion, essayez de déterminer si le jardin que vous contemplez est fait à la manière française ou à la manière anglaise !